COACHER UNE EQUIPE AGILE

Guide à l'usage des ScrumMasters, les chefs de projets, les managers... et leurs équipes !

titre

Forte de son expérience de plus de quinze ans en accompagnement d'équipes projets, Véronique Messager donnait, dans son premier livre à succès Gestion de projet agile, des méthodes pour évaluer et améliorer ses compétences en conduite de projet, en montrant l'avantage des méthodes agiles par rapport aux méthodes traditionnelles. Aujourd'hui, enfilant sa casquette de coach, elle signe un nouvel ouvrage consacré aux techniques d'accompagnement des individus - les équipes et leurs responsables - en phase de transition agile.
Le tout illustré par de nombreux retours d'expérience.

Entretien avec l'auteur : Véronique Messager

Véronique Messager ask Les méthodes agiles, c'est très en vogue, surtout au sein des équipes projet informatique ou Web. Pourriez-vous nous expliquer en deux mots en quoi elles consistent, quels sont leurs avantages et leurs inconvénients, et ce qu'elles demandent de particulier (compétences, attitudes, contraintes...) à ceux qui les mettent en oeuvre ?

V. M. : Si on veut faire court pour décrire ces approches agiles, je rappellerais la définition que j'en avais donné dans mon précédent ouvrage : "Une méthode agile est une approche itérative et incrémentale, qui est menée dans un esprit collaboratif, avec juste ce qu'il faut de formalisme. Elle génère un produit de haute qualité tout en prenant en compte l'évolution des besoins des clients."

Les avantages ? Ils sont nombreux !

point Pour le client, d'abord : celui-ci voit très rapidement son application prendre forme et il peut, ainsi, donner un feedback sur son niveau de satisfaction ; son produit est mis plus vite sur le marché, donc répond à ses contraintes de time to market.

pointPour les équipes et les collaborateurs, ensuite : ils ont la sensation de contribuer activement à un résultat tangible ; ils travaillent de façon moins isolée et plus coopérative et sont de fait plus "protégés" par rapport aux incertitudes et aux aléas d'un projet, en étant davantage responsabilisés.

Avantages et Inconvénients
de la méthode

point Pour les directions informatiques, enfin : elles sont perçues comme créatrices de valeurs et non plus comme centres de coûts, uniquement ; la visibilité offerte par les équipes facilite l'optimisation et la performance des équipes.

Les inconvénients ? Sincèrement, je n'en vois pas, au risque de vous paraître trop partiale ; sans appliquer l'ensemble des pratiques agiles, on a tout intérêt à avancer par petites étapes (démarche itérative) pour essayer, voir, évaluer, corriger et améliorer, tout en travaillant dans des équipes intégrées.

Il est vrai qu'adopter une démarche agile suppose des modifications : organisationnelles (les équipes intégrées, un client plus impliqué), techniques (de nouveaux outils), comportementales (être plus transparent sur l'avancement de son travail, accepter de montrer des choses inachevées donc imparfaites, fonctionner sur un mode plus collaboratif...) et des pratiques managériales différentes d'un mode "command and control" (commander et contrôler).

 

ask Accompagner et "sécuriser" la transition, tel semble être votre mot d'ordre. En quoi le passage aux méthodes agiles a-t-il besoin d'être sécurisé ?

L'agilité, est-ce dangereux ?

V. M. : Précisément, parce que des changements (cités ci-dessus) doivent être opérés ; et vous savez que lorsqu'on introduit des changements, tout se crispe. Naturellement, apparaissent des résistances : les fameuses résistances au changement, avec lesquelles il faut composer.

Et puis, surtout, parce que généralement, beaucoup ne sont pas habitués à ces nouveaux modes de communication, de prise de décision ou de responsabilisation ; chacun peut se sentir plus exposé et peu à l'aise dans ce fonctionnement collaboratif.

Loin d'être dangereuse, une transformation agile ne consiste pas uniquement à mettre en place des pratiques et des outils, mais nécessite le déploiement de compétences relationnelles pour lesquelles nous ne sommes généralement pas formés !

 

ask C'est donc l'humain qui vous intéresse ici. D'après votre expérience, comment ces transitions sont-elles vécues par les membres des équipes ? Quelles différences avez-vous noté dans ce ressenti, avant et après coaching ?

V. M. : Tout à fait, l'humain est central ; d'ailleurs, n'est-ce pas la première valeur du Manifeste Agile ?

Les transitions sont vécues très différemment par les acteurs de ces changements : certains sont partants tout de suite ; on s'appuie généralement sur eux pour créer la dynamique ; ensuite, il y a les "suiveurs", qui attendent de voir comment ça se passe pour s'inscrire, à leur tour, dans le changement ; et puis il y a les éternels opposants, qui, quoi que l'on propose, ont toujours de bonnes raisons de ne pas vouloir le changement... et ils sont tout à fait dans leur légitimité, d'ailleurs.

Le rôle du coach est d'amener ces derniers à prendre conscience de la nécessité de changer pour entamer une (toute petite) première étape en les rassurant et en les encadrant. Pour les autres, le coach est présent pour éclairer sur les conséquences, voire les risques de tel ou tel changement apporté, tout en responsabilisant chacun. C'est comme en conduite accompagnée !

Après le coaching, l'objectif est que cette posture "d'éclaireur protecteur" soit adoptée par le ScrumMaster (le manager du projet agile) qui joue lui-même le rôle du coach auprès de son équipe.

 

ask Donc au final, on peut dire que le but du coaching agile est de favoriser la réussite du projet en même temps que l'épanouissement des participants ? N'est-ce pas un peu trop idéaliste, comme objectif ?

Devenir
Coach agile

V. M. : La réussite du projet, sans aucun doute, est le premier objectif, l'agilité n'étant qu'un moyen d'y parvenir. Quant à l'épanouissement des participants, si on l'obtient, tout le monde a quelque chose à y gagner. Pourquoi serait-ce idéaliste ? On peut avoir plaisir à travailler dans une équipe soudée, par exemple, même si la pression des délais est présente ; on peut ne pas être d'accord avec une décision et être à l'aise pour l'exprimer sans pour autant craindre le conflit ; on peut avoir peur de se tromper sur des estimations sans craindre une sanction systématique et injuste.

Est-ce le résultat du coaching ? Pas uniquement, mais il est vrai que la posture de coach (du coach externe ou du ScrumMaster) amène les acteurs à prendre conscience de leurs ressentis, de leurs besoins, de leurs comportements et de leurs conséquences sur les relations et elle invite chacun à être plus authentique.

Donc c'est plus confortable, l'énergie est consommée pour exprimer qui on est vraiment et non pour masquer ce qu'on ne veut pas montrer ; donc oui, c'est plus épanouissant à l'arrivée, et c'est ça qui fait la réussite du projet, pas la méthode !

 

askFaire appel à un coach, est-ce forcément nécessaire ? Est-ce facile d'en trouver un ?

V. M. : Il y a pléthore de coachs agiles ; cependant, très peu sont véritablement formés à la posture et aux techniques de coaching ; ils sont de plus en plus nombreux à voir la nécessité de s'ouvrir et à gérer avec précaution ces problématiques humaines ; encore faut-il que les clients en prennent conscience aussi et qu'ils accordent un budget à ce volet-là. C'est plus confortable pour tout le monde, vraiment et ce n'est pas du gaspillage.

ask Vous-même, vous êtes devenue coach après de longues années de conduite de projets, classiques ou agiles. Vous êtes également consultante et formatrice. Que vous a apporté cette nouvelle compétence dans votre vie professionnelle ?

V. M. : J'en ai tiré plein de clés de compréhension et de grilles de lectures ; je comprends mieux enfin ce qui se passe, ce qui se joue devant mes yeux, entre deux personnes ou en groupe, en moi, aussi, pourquoi je réagis ainsi dans telle situation...

Lorsque j'étais chef de projet, je n'étais pas toujours à l'aise avec certaines personnes, dans certaines situations, pour demander ou obtenir certaines choses ou pour régler un différend ; je voyais bien certains rapports de force, certains comportements nuisibles... Et il me manquait des éléments, non pas techniques ou méthodologiques, mais ... humains !

À un moment, j'ai compris que les valeurs humanistes de l'agilité et le coaching "s'emboîtaient" bien, comme une évidence. Non seulement, j'ai adhéré à la philosophie agile, mais j'ai aussi découvert des outils pour la faire vivre concrètement par les personnes, actrices des projets.
L'avantage, en plus, c'est que je vis chaque fois une aventure humaine différente.

 

Retrouvez l'auteur Véronique Messager sur son blog "Ici et Demain" : http://www.ici-et-demain.fr

 

Ouvrages de l'auteur