Tous nos rayons

Déjà client ? Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Nouveau client ?

CRÉER VOTRE COMPTE
Pourquoi il ne faut plus dire "je t'aime"

Librairie Eyrolles - Paris 5e
Disponible en magasin

Pourquoi il ne faut plus dire "je t'aime"

Pourquoi il ne faut plus dire "je t'aime"

Collection Mikros

Parution le 22/10/2020

Résumé

Il faut casser cette image de l'amour-passion comme grand embrasement qui retombe en cendres, s'écarter de l'amour comme désir de possession qui, une fois qu'il a atteint sa satisfaction, se transforme fatalement en déception. Voilà ce que nous dit François Jullien, qui plaide pour le concept d'intime. Si l'amour est équivoque, ­l'intime, lui, est ambigu. Dire je t'aime, c'est faire de l'autre un objet, quand dire je suis intime avec toi, c'est défaire l'isolement des sujets. De ce décalage entre l'image commune et passionnelle et celle à rapprocher de la notion d'intime, quelle ­pensée de l'amour peut-on dégager?? Une ­passionnante réflexion sur ce qu'est vivre.
François Jullien, philosophe, helléniste et sinologue, a déployé son travail entre les pensées de la Chine et de l'Europe. Il en a développé une réflexion interculturelle ainsi qu'une philosophie de l'existence. C'est l'un des penseurs contemporains les plus traduits dans le monde.
François Jullien répond dans cet ouvrage à ­Nicolas Truong, journaliste au quotidien Le Monde.
Pascal Lemaître est illustrateur.

Caractéristiques techniques

  PAPIER
Éditeur(s) Editions de l'Aube
Collection Mikros
Parution 22/10/2020
Format 12 x 18
Couverture Broché
Poids 90g
EAN13 9782815939638

Avantages Eyrolles.com

Livraison à partir de 0,01 en France métropolitaine
Paiement en ligne SÉCURISÉ
Livraison dans le monde
Retour sous 15 jours
+ d'un million et demi de livres disponibles
satisfait ou remboursé
Satisfait ou remboursé
Paiement sécurisé
modes de paiement
Paiement à l'expédition
partout dans le monde
Livraison partout dans le monde
Service clients 0 321 79 56 75 sav@commande.eyrolles.com
librairie française
Librairie française depuis 1925