Tous nos rayons

Déjà client ? Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Nouveau client ?

CRÉER VOTRE COMPTE
L'école et ses mots

Librairie Eyrolles - Paris 5e
Indisponible

L'école et ses mots

L'école et ses mots

Collection Champion les dictionnaires

325 pages, parution le 28/01/2021

Résumé

L'explication historique des mots sur l"enseignement en 500 citations, riches de détails éclairants et inédits !

En conjuguant les réflexions d'environ 300 écrivains livrant plus de 500 citations, et l'explication historique des mots, riche de détails éclairants et inédits, est offert ici un panorama très complet pour quiconque se passionne pour l'enseignement et son univers. D'où viennent potache, chahut, pion ? Pourquoi l'élève de l'école n'est-il apparu qu'au XVIIe ? Quelle est l'origine de la tablette numérique ? de la maison d'école ?
Jean Pruvost, lexicologue, a donné plus de 4000 chroniques radiophoniques dans lesquelles il raconte les mots, leur histoire et leur fonctionnement, passionnément et joyeusement. " Pion " à 19 ans puis successivement " professeur " de collège, de lycée, d'université, il n'a jamais caché son enthousiasme pour l'enseignement et le fonctionnement du système scolaire. D'hier jusqu'au confinement de 2020 compris...

Sommaire

SOMMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
AU FÉMININ COMME AU MASCULIN, JE SUIS...
JEUNE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
JEUNE : IMAGINATION ET ENJEU... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes jeune,mais quel âge avez-vous ? . . . . . . . . . . . . . . .
Une étymologie rayonnante... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Des proverbes aux mots croisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Un merveilleux enjeu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ÉLÈVE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DE L'ÉLèVE : DES MÉRINOS À LA RÉVÉLATION . . . . . . . . . . . . . . . . .
De la légèreté à l'élève des mérinos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
" Une " élève pour nos bestiaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le maître et son élève . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Du peintre au précepteur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Pas d'éleveur pour nos élèves... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ÉCOLIÈRE, ÉCOLIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ÉCOLIERS À NE PAS ESCAFER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Des petites écoles à l'écrivain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Un bon écolier, pour la vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
A-t-on bien lu ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fouetter, escaffer ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ÉTUDIANTE, ÉTUDIANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
UNE VRAIE CONQUÊTE : L'ÉTUDIANTE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De l'écolier à l'étudiant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Étudiant, cherche étudiante... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L'étudiante-maîtresse ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
C'est arrivé ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
POTACHE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
POTACHE ENTRE VERS À SOIE ET POTAGE . . . . . . . . . . . . . . .
Potache : mais à quel âge ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L'interne, son chapeau et son potage . . . . . . . . . . . . . . . . .
Potache qui grimace, potache qui rit . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Professeur potache . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ENSEIGNANTE, ENSEIGNANT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DE " L'ENSEIGNÉ" À " L'ENSEIGNANT"UNE LONGUE HISTOIRE .
L'enseignement avant l'enseignant . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Littré par Larousse... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L'enseigné avant l'enseignant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les enseignants... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. .
Faire un signe... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Un mot d'abord discuté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Des lumières et des mots croisés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PROFESSEUR(E) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PROFESSEURS, PROFESSEUSES ET SADIQUES . . . . . . . . . . . . .
Ce bon et sain programme... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Aux origines... la " fable " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L'expert et sa chaire... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Des professeuses et des sadiques... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
INSTITUTRICE, INSTITUTEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DE L'INSTITUTAIRE À L'INSTITUTEUSE
EN PASSANT PAR L'INSTITUTEUR ET L'INSTITUTRICE . . . . . .
L'instituteur des Jeux olympiques et des Chartreux... . . . . . .
" Mettre sur pied " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
" Vivre et mourir dans le sein de l'école "... . . . . . . . . . . . . .
En termes d'école et de classe ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SURVEILLANT(E), PIONNE, PION . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PION: BON PIED POUR LE " VECTEUR D'INTERACTION" ! .
" Il a bu ! " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
À pied... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
D'abord, sillonner le damier ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De Charles Baudelaire à Alphonse Daudet . . . . . . . . . . . . . . .
" Vecteur d'interactions " ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DIRECTRICE, DIRECTEUR D'ÉCOLE . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DANS LE BON SENS ET POUR LE MEILLEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La directrice et le directeur dans un univers religieux . . . . . .
De la " directrice d'un pensionnat "
et du " directeur " d'une " maison d'éducation " . . . . . . . .
Le dirlo et la dirlote... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
En jouant avec les mot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PRINCIPAL(E) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PRINCIPAL EN DÉLICATE PRINCIPAUTÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le " principal ", dès le départ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De la principalité à la principauté . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Comment va votre principauté ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tout s'arrangera ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Délicatement sympathique, dévoué au principal... . . . . . . . .
PROVISEUR(E) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PROVISEUR DèS HUIT HEURES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De Richelieu et de la Sorbonne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Un prévoyant chef d'hospice ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Collège royal et lycée impérial . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
M. le Proviseur, Mme la Directrice et M. le Préfet . . . . . . . . .
Proust, Gide, Sartre et la jolie blonde . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
INSPECTRICE, INSPECTEUR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DE L'INSPECTOR CORDIS À L'INSPECTRICE LAROUSSIENNE . . .
Du scruteur des coeurs au laïc contrôleur . . . . . . . . . . . . . . . .
Arrière cadavres et sus aux manufactures . . . . . . . . . . . . . . . .
Inspecteurs primaires : neuf à Paris . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Remarquable sans être prescient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
AVEC
CARTABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
MON CARTABLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CARTABLES QUI RÉCHAUFFENT... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le cartable en carton... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Carton ou planches ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
D'un registre à un sac taché d'encre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De mystérieuses origines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Plus de carton ou de plastique : des électrons ? . . . . . . . . . . . .
TROUSSE, PLUMIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
MA TROUSSE, HIER MON PLUMIER . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DES FLÊCHES ET DES PLUMES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
" Une trousse pleine de flèches " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La trousse à crayons et le plumier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Plumier en bois ou en carton bouilli,
à " étage rotatif "... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
En appuyant sur le bouton... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Trousse à deux ou trois volets... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
En faisceaux... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
BUVARD . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
QUE SONT NOS BUVARDS DEVENUS ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Papibévérophiles ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tombés au champ d'honneur mais collectionnés... . . . . . . . .
Du style, de la poudre au tardif buvard . . . . . . . . . . . . . . . .
Un adjectif et un certain " brouillard " . . . . . . . . . . . . . . . . .
Du tampon au secret . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
TABLETTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SUR LA TABLETTE OU DANS LA TABLETTE ? . . . . . . . . . . . . . . .
" Des livres, des curiosités, ou autres choses qu'on veut garder " . . . . . . .
Au coeur de la bibliothèque du xviie siècle . . . . . . . . . . . . . . .
La tablette, lieu de mémoire avant l'heure... . . . . . . . . . . . . .
La tablette polyvalente, goûter compris . . . . . . . . . . . . . . . . .
De la tablette du gainier à celle des électrons . . . . . . . . . . . . .
Tablette numérique ou tactile ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
JE SUIS
CLASSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
EN CLASSE, TOUS À L'APPEL ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La classe qui s'envole, hors les murs... . . . . . . . . . . . . . . . .
Dernière classe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L'appel de la classe... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dans quelle classe êtes-vous ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Quel genre ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PRIMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PRIMAIRE : LA CLASSE! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De l'Assemblée primaire... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
...à la " première école " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De l'Académie à Victor Hugo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Zone lexicale de turbulences... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les primaires et la classe ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SECONDAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SECONDAIRE MAIS ESSENTIEL... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La même grande bonté affectueuse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
À suivre... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
En rien secondaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Un second, une seconde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
COLLÈGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
COLLèGE : NI PÉDANT NI BORGNE ! EMPEREUR . . . . . . . . . . . . . . .
Une même dignité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les toutes premières définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Du collège borgne à l'empereur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LYCÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LYCÉE : DES LOUPS, D'ARISTOTE ET DU CLIMAT . . . . . . . . . . . .
Dans le sillage d'Aristote... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Date de naissance : l'an X... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Avant les élèves, les loups... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De la veste croisée aux baskets . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Pas de comparaison ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
UNIVERSITÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L'UNIVERSITÉ, " UNE" ET RICHE D'ÉPITHèTES... . . . . . . . . . . .
De toutes parts on y abonde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tout en un, un univers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Maîtres et étudiants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La Sorbonne sans oublier Cergy et Perpignan ! . . . . . . . . . . .
De l'école primaire aux facultés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Alma mater... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
MINISTÈRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LE MINISTèRE DE L'ÉDUCATION NATIONALE, SANS DÉCO... . . .
Minuscule... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Avez-vous besoin de mon ministère ? . . . . . . . . . . . . . . . . . .
D'un ministère à l'autre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dernier terme de la gloire... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De l'Instruction publique à l'Éducation nationale . . . . . . . . .
À LA MAISON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DE LA MAISON À LA MAISON D'ÉCOLE . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De la maison à l'école et vice-versa... . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Rester à la maison, un pléonasme ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De maison en maison... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Des " maisons de l'éducation "
et de la " maison d'école " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CONFINEMENT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DE LA CONFINATION AU CONFINEMENT COLLECTIF,
STUDIEUX ET NUMÉRISÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Mars 2020 : le confinement " en temps de paix " . . . . . . . . .
De la grippe aviaire aux centrales nucléaires . . . . . . . . . . . .
Confination ou confinement ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
" La continuité pédagogique ",
en rien une " solution de continuité "... . . . . . . . . . . . . .
Une continuité et un confinement
révélateurs de structures existantes . . . . . . . . . . . . . . .
L'humour, jamais pris de court . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
JE ME TROUVE
PRÉAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SUR LE PRÉAU OU SOUS LE PRÉAU? . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tout couvert de cerisiers... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prenez votre rang ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Condamnés à mort ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Quatre fois l'année... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vive les croquignoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉCRÉATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉCRÉATION: DES OSSELETS......
MAIS PAS LE TOUR DE LA TABLE! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dort-il, sur son banc ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Délassement préconisé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Lapin traqué... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Récréations ou problèmes ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le temps de se re-créer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ne surtout pas tourner autour des tables... . . . . . . . . . . . . . . .
TABLEAU . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
AU TABLEAU, NOIR? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Une espèce menacée ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Du tableau au " tableau noir " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Une enseigne pour le " maître d'école " ? . . . . . . . . . . . . . . .
Claudine à l'école... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De Knock à Pasteur ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tableau noir en couleurs ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ÉPONGE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ÉPONGES : QUELLE CLASSE ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Un problème arithmétique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Et un peu d'histoire naturelle, pour Zazie . . . . . . . . . . . . . . . .
L'éponge obscène... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De l'animal, à la cellulose en passant
par la cucurbitacée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La porteuse d'éponge... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bob l'éponge : " Quelle classe ! " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CRAIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CRAIE, " SI TENDRE QU'ELLE LAISSE DES IMPRESSIONS... " . .
Les " spicules d'éponge " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La craie avant le tableau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La craie sur le tableau, entre autres... . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La poésie du tableau noir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ÉCRAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DE L'ÉCRAN ET DE SON OMNIPRÉSENCE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De l'écran protecteur à l'écran projecteur... . . . . . . . . . . . . .
Du petit qui dissimule au grand qui expose... . . . . . . . . . . . .
L'écran au service des élèves : de la télévision au tableau, nouvel écran interactif... . .
Points de vue à partager . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
J'AI
DEVOIR . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CIEL, MES DEVOIRS... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
" Avoir " et " devoir " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
S'acquitter de ses devoirs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L'exercice imposé du collège . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Devoir copié ou recopié ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le devoir à tous les régimes... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Punie pour devoir pas fait ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
NOTE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
NOTES DE TOUS CÔTÉS ET DE TOUS SENS . . . . . . . . . . . . . .
Les notes du cours de musique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les notes de bas de page... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La note étroite... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Notes tironiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Quelle note pour ton devoir ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
COLLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
D'UNE COLLE À L'AUTRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Copier ? Coller... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La colle... récente dans l'arsenal scolaire... . . . . . . . . . . . .
Polytechnique ou " aspirant à une école spéciale " . . . . . .
De la menterie qui colle... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Déverbal ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ATTENTION...
DISCIPLINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
QUELLES DISCIPLINES ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De quelques significations oubliées... . . . . . . . . . . . . . . . .
...à celles d'aujourd'hui . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
En partant d'abord du disciple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Par extension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Un massacre ou un fouet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
S'éveiller... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CHAHUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
CHAHUT : DE NANA À L'ONCLE GAURE . . . . . . . . . . . . . . .
" La " chahut ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De la danse moderne à l'agitation . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Huant, le chat ou le chien ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dans la classe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Surtout pas de crime ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
JE PASSE
EXAMEN
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
EXAMEN: DOUX OU SÉVèRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Quel poids marque l'aiguille ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Première définition, fort douce... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Un sévère examen . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Un sens religieux avant " l'épreuve de capacité "... . . . . . . . .
De la mesure et du contrôle... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
BREVET . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
BREVETS EN BREF... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
En bref... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Sans sceau ni enregistrement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Des brevets à éviter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Du brevet d'invention au brevet de capacité . . . . . . . . . . . . .
Du BEPC et du BTS en passant par le Brevet élémentaire . .
BACCALAURÉAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LE BACCALAURÉAT, ENTRE LAURIERS ET VIGNES . . . . . . . .
Orthographe à revoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le bachelier avant le baccalauréat... . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bachotons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Étymologies sujettes à examen ! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Deux bacs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
LAURÉAT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PRISONS LES LAURÉATS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Du laurier " toujours-vert " et " delphien " . . . . . . . . . . . . . . .
Le lauréat couvert de lauriers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Un adjectif et un substantif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Laurés ou assaisonnés ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PRIX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PRIX: LE PRIX DES MOTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La parole aux verbicrucistes... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
D'Anatole France à Colette... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Pierre Larousse et ses citations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Du " pretium doloris " . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Priser le prix d'une châtaigne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le Prix de la bague... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prix, valeur et compliment... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le prix : du prestige et de quelques détracteurs . . . . . . .
Discours... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PALMES ACADÉMIQUES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DU PALMIER AUX PALMES ACADÉMIQUES . . . . . . . . . .
L'exemple du palmier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Palmes en main . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Une décoration brodée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Puis une distinction honorifique indépendante de la fonction
Un ordre de la République et une Association . . . . . . . . .
Une belle émotion académique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
ET J'ACHÈVE
SCOLARITÉ
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
SCOLARITÉ : LOISIR OBLIGATOIRE! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Villa romaine et premiers loisirs scolaires . . . . . . . . . . . .
Une mine de scholastique ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La scolarité, un privilège . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De l'année au rythme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RENTRÉE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L'ENTERREMENT DE LA RENTRÉE? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
De la lisière des bois à l'école . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Du bizutage à l'absorption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Entrée ou rentrée :de la grammaire à l'anagramme... . . .
VIVE... LES VACANCES
VACANCES
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
RÉFLEXIONNAIRE... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
VACANCE AU SINGULIER ET AU PLURIEL . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les grammairiens peuvent se tromper... . . . . . . . . . . . . . .
Vacances : un rêve réalisable depuis peu . . . . . . . . . . . . . . . . .
Interruption . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vacances scolaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La définition de Maigret... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
INDEX DES MOTS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
INDEX DES NOMS PROPRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
TABLE DES MATIÈRES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Voir tout
Replier

Caractéristiques techniques

  PAPIER
Éditeur(s) Honoré Champion
Collection Champion les dictionnaires
Parution 28/01/2021
Nb. de pages 325
Format 15 x 21.1
Couverture Broché
Poids 420g
EAN13 9782380960204

Avantages Eyrolles.com

Livraison à partir de 0,01 en France métropolitaine
Paiement en ligne SÉCURISÉ
Livraison dans le monde
Retour sous 15 jours
+ d'un million et demi de livres disponibles
satisfait ou remboursé
Satisfait ou remboursé
Paiement sécurisé
modes de paiement
Paiement à l'expédition
partout dans le monde
Livraison partout dans le monde
Service clients 0 321 79 56 75 sav@commande.eyrolles.com
librairie française
Librairie française depuis 1925