Tous nos rayons

Déjà client ? Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Nouveau client ?

CRÉER VOTRE COMPTE
L'humanité censuré 1954-1962

Librairie Eyrolles - Paris 5e
Indisponible

L'humanité censuré 1954-1962

L'humanité censuré 1954-1962

Un quotidien dans la guerre d'Algérie

Collectif

176 pages, parution le 06/09/2012

Résumé

L'engagement de L'Humanité contre la guerre colonialiste en Algérie lui valut un déferlement de procès, de censures, de saisies de la part des gouvernements qui se sont succédé pendant huit ans, quelle que fût leur couleur, de droite ou socialiste. Rédacteur en chef de L'Humanité après mai 1958, René Andrieu évoquait, dans son livre La guerre d'Algérie n'a pas eu lieu paru trente ans plus tard (1992), le véritable parcours du combattant auquel dut se livrer le journal dans sa lutte pour la vérité : saisi à 27 reprises, il sera l'objet de 150 poursuites, dont 49 pour « provocation de militaires à la désobéissance », 24 pour « diffamation envers l'armée », 14 pour « atteinte à la sécurité de l'État »... Il suffisait pour être coupable de dénoncer la systématisation de la torture, voire simplement de se prononcer pour la négociation. La première saisie de L'Humanité remonte au 24 août 1955, frappant un reportage de son envoyé spécial Robert Lambotte dans la région de Constantine (« En Algérie, les hameaux rasés par l'artillerie étaient encore habités »), accompagné d'une photographie du massacre de Philippeville. Le journaliste, ancien déporté de Buchenwald, est par ailleurs déclaré persona non grata et expulsé d'Algérie. Ceux qui n'ont pas connu cette époque auront du mal à imaginer la frénésie ayant alors saisi les autorités politiques et militaires en place. La cascade de saisies qui s'abattit sur L'Humanité s'accompagna régulièrement d'amendes au montant volontiers faramineux, la volonté d'interdire définitivement en frappant au portefeuille n'étant jamais absente dans la tête des censeurs. Ainsi, du numéro en date du 7 mars 1961 sorti une nouvelle fois avec une page blanche, marquée en son centre de ce seul mot : « censuré ». À l'origine de la saisie, un article de Madeleine Riffaud sur les tortures pratiquées à Paris même, en particulier dans les locaux du commissariat de la Goutte-d'Or dans le XVIIIe arrondissement. Les questions alors posées restèrent sans réponse, mais déclenchèrent la théâtrale fureur du préfet de police Maurice Papon qui porta plainte en diffamation afin de demander des dommages et intérêts ! Les procès et amendes en découlant se succèdent à une cadence encore supérieure à celle des saisies. Cette boulimie d'interdictions s'avère parfois maladroite, pouvant provoquer des effets contraires à ceux visés. Ainsi, lorsque L'Humanité est saisie pour la huitième fois, le 30 juillet 1957, pour la publication d'une lettre de l'ancien directeur d'Alger républicain, Henri Alleg, emprisonné et torturé dans l'immeuble d'El Biar, la censure contribua-t-elle à amplifier l'émotion dans l'opinion et à relayer (bien involontairement !) les démarches entreprises par son épouse Gilberte et son avocat Me Matarasso...

Caractéristiques techniques

  PAPIER NUMERIQUE
Éditeur(s) Le Cherche Midi
Auteur(s) Collectif
Parution 06/09/2012 20/09/2012
Nb. de pages 176 -
Format 14 x 22 -
Couverture Broché -
Poids 412g -
Contenu - ePub
EAN13 9782749128238 9782749128924
ISBN13 978-2-7491-2823-8 -

Avantages Eyrolles.com

Livraison à partir de 0,01 en France métropolitaine
Paiement en ligne SÉCURISÉ
Livraison dans le monde
Retour sous 15 jours
+ d'un million et demi de livres disponibles
satisfait ou remboursé
Satisfait ou remboursé
Paiement sécurisé
modes de paiement
Paiement à l'expédition
partout dans le monde
Livraison partout dans le monde
Service clients 0 321 79 56 75 sav@commande.eyrolles.com
librairie française
Librairie française depuis 1925