Tous nos rayons

Déjà client ? Identifiez-vous

Mot de passe oublié ?

Nouveau client ?

CRÉER VOTRE COMPTE
À la poursuite d'une hospitalité illimitée
Ajouter à une liste

Librairie Eyrolles - Paris 5e
Indisponible

À la poursuite d'une hospitalité illimitée

À la poursuite d'une hospitalité illimitée

Parution le 18/09/2014

Résumé

Jacqueline Burckhardt et Donatella Bernardi ont en commun un goût pour l'italianité, une résidence à l'Institut suisse de Rome et l'expérience de Stockholm. Jacqueline a vécu enfant dans la capitale scandinave en tant que fille de diplomate. Donatella y habite actuellement pour y exercer sa fonction de professeure au Royal Institute of Art. Devant intégrer un modèle d'enseignement basé sur la pratique en atelier et une relation de maître à disciple, l'artiste préfère embarquer ses élèves dans la production de travaux et d'expériences communes inédites, au sein de l'école et lors de voyages, plutôt que de parler de sa propre pratique artistique comme un exemple à suivre. « Les arts de produire diffèrent au contraire des arts de connaître en ce que la connaissance des méthodes ou procédés opératoires ne suffit pas à permettre de les appliquer. Les raisons en sont multiples, mais la principale est que, dans l'ordre du faire, savoir est pouvoir » (Etienne Gilson). L'intérieur de la couverture de cette publication ainsi que ses rabats (où est reproduit le présent texte) constituent une exception aux méthodes pédagogiques de l'artiste. Cette dernière confie à l'un de ses étudiants, Fredrik Fermelin, l'intégralité du matériel iconographique de la publication. Fredrik choisit de concevoir des motifs, telles des visions synthétiques surgissant des images et de l'essai rédigé par Jacqueline, dont il estime particulièrement le dernier paragraphe.
La couverture du livre est la matérialisation d'une discussion entre Jacqueline Burckhardt, historienne de l'art, et Donatella Bernardi, artiste, lors de l'avènement de l'ouvrage. Donatella évoquait la mise en page d'un triomphe dans le livre Hypnerotomachia Poliphili (1467), où les chars victorieux et fantastiques qui défilent lient virtuellement les pages. Jacqueline mentionna la gravure d'Albert Dürer Triumphzug Kaiser Maximilian I (1526). Le mouvement y est signifié par des volutes qui deviennent des formes graphiques autonomes. Elles sont parfois accompagnées de mots, tels que « courage », « dextérité » et « expérience ». D'après Erwin Panofsky, Dürer est artiste précisément parce qu'il est théoricien de l'art. « Il n'est d'art complet et achevé que celui qui intègre la réflexion sur la pratique » (Jean Molino dans son introduction à Idea, 1989). Les lignes noires imprimées sur le blanc forment des caractères typographiques, des visages et l'un des rubans de Dürer.

Caractéristiques techniques

  PAPIER
Éditeur(s) Aparte Ch
Parution 18/09/2014
Format 16.5 x 23.5
Couverture Broché
Poids 300g
EAN13 9782839914239

Avantages Eyrolles.com

Livraison à partir de 0,01 en France métropolitaine
Paiement en ligne SÉCURISÉ
Livraison dans le monde
Retour sous 15 jours
+ d'un million et demi de livres disponibles
satisfait ou remboursé
Satisfait ou remboursé
Paiement sécurisé
modes de paiement
Paiement à l'expédition
partout dans le monde
Livraison partout dans le monde
Service clients 0 321 79 56 75 sav@commande.eyrolles.com
librairie française
Librairie française depuis 1925